Brèves

Modalités de stockage des déchets radioactifs : des précisions apportées par la France

Cigéo

La France s’est dotée d’un projet de retraitement des déchets nucléaires. En votant à plusieurs reprises des lois précisant la manière dont seront gérés ces déchets, les parlementaires donnent ainsi la visibilité nécessaire à l’ANDRA (Agence Nationale pour la Gestion des Déchets Radioactifs).

Parmi eux, les « déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue » dont « les modalités d’enfouissement dans une installation de stockage réversible en couche géologique profonde » devaient être précisées dans le projet de loi voté le 11 juillet 2016. Ces déchets représentent 3% du total en volume, mais 99% de la radioactivité.

L’accent de ce projet de loi doit être mis sur la réversibilité. En effet, l’objectif est le stockage des déchets concernés en profondeur avec la possibilité de les extraire pendant une période de 100 ans à partir du début de leur stockage. Ceci en attendant de trouver d’autres solutions de stockage plus sûres, viables, économiques ou davantage respectueuses de l’environnement.

Deux motions sur ce texte : l’une de rejet, l’autre de renvoi en commission, ont été rejetées. Ces motions sont considérées comme hors sujet, car remettant en cause la gestion même de ces déchets alors que le texte portait uniquement sur les modalités.

C’est l’occasion pour la France de se positionner en tant qu’expert sur le sujet et de devenir le référent du stockage de déchets nucléaires, et à terme de vendre cette expertise industrielle à l’échelle mondiale. Cette réversibilité laisse la porte ouverte à des solutions alternatives à trouver d’ici 100 ans par les générations futures, sans pour autant en oublier le stockage définitif de ces déchets.


-- Télécharger Modalités de stockage des déchets radioactifs : des précisions apportées par la France en PDF --


Tags

Laissez un commentaire